À cheval sur le dos des oiseaux
Retour à la saison

Mardi 17 janvier • 20h

À cheval sur le dos des oiseaux

Théâtre Centre culturel d'Engis

Elle sappelle Carine Bielen. Le soir, elle boit un petit verre de rouge pour dormir tranquille. Elle a un peu peur du noir, faut dire. Cest de la piquette hein, mais elle aime bien quand même. Cest vrai que lalcool, ça fait de la misère. Elle ne cesse de le répéter. Elle ne se souvient plus comment elle a eu ce fils, Logan. Mais ce fils lui change la vieavec lui, elle a « reçu le monde en entier » comme elle dit.

« À travers une parole intime, ce monologue traverse lhistoire dune femme issue dun milieu précaire et qui a été reléguée, dès lenfance, vers une filière handicapée. Cest ce processus de relégation, fruit dun système économique et social discriminatoire, qui ma intéressée et donné le désir de menfoncer dans ce texte. () Il existe des milliers de Carine Bielen sur cette terre, pris dans les filets du contrôle social et de ses aveuglements normatifs. » Céline Delbecq

Texte et mise en scène : Céline Delbecq / Avec Véronique Dumont

Distribution

Texte et mise en scène : Céline Delbecq
Avec Véronique Dumont
Scénographie et costumes : Thibaut De Coster et Charly Kleinermann
Lumières et régie générale : Aurélie Perret
Son : Pierre Kissling
Construction : Vincent Rutten
Assistanat : Delphine Peraya
Stagiaires : Fanny Hermant, Marie Lhernaut
Dramaturgie : Christian Giriat
Regard lumières : Julie Petit-Etienne

« Le monologue poignant d’une femme que la société qualifie volontiers d’« arriérée », mais dont les mots disent toute l’énergie, la délicatesse et la poésie. » France Culture

« Une claque à vous couper le souffle ! » Maud Quertain – Le Suricate Magazine

« Une fois de plus, l’autrice et metteuse en scène, Céline Delbecq, frappe fort pour donner la parole à ces personnes confinées hors de leur histoire par les errements d’une société normative. La comédienne Véronique Dumont pousse la justesse du jeu jusqu’à s’effacer totalement derrière son personnage laissant toute la place à cette femme fragile, attachante et perdue. (…) Une création bouleversante. » Didier Béclard — Demandez le programme 

« La fiction, chez Céline Delbecq, s’imbibe d’un réel puissant, ordinaire, implacable. » Marie Baudet – La Libre

 © Alice Piemme – AML