L.U.C.A.
Retour à la saison
Dès 14 ans

Mardi 25 janvier • 20h30

L.U.C.A.

Théâtre Centre culturel de Huy

Mon premier est un mélange de belge et d’italien. Mon deuxième fait de la généalogie comme on joue au ping-pong. Mon troisième cloue le bec aux xénophobes de tout poil. Mon tout est un spectacle à voir absolument !

Petits-fils de migrants italiens, Hervé Guerrisi et Grégory Carnoli croisent leurs histoires familiales avec l’Histoire de la Vie pour nous délivrer un spectacle à l’humour percutant. Un road trip profondément humain qui risque bel et bien d’égratigner le débat sur l’identité nationale et les origines.

« Très souvent drôle, utilisant intelligemment l’outil vidéo, ce L.U.C.A. émeut par sa sincérité et la joyeuse complicité de ses auteurs-interprètes. Son message de tolérance, en butte au racisme ordinaire provenant même de ceux qui ont fait autrefois un voyage quasi identique, se résume au final dans une danse où notre cellule commune se fait métaphore de la nécessité du vivre ensemble. Beau beau beau. »
Estelle Spoto – Focus/Le Vif

Prix Maeterlink de la Critique pour la meilleure mise en scène 2019.

De et avec Hervé Guerrisi, Grégory Camoli
Co-mise en scène : Quantin Meert
Regard extérieur : Romain David
Mouvement : Elia Lopez
Assistanat à la mise en scène : Laurence Briand
Costumes : Frédérick Denis
Création lumières : Antoine Vilain
Création sonore : Ludovic Van Patchterbeke
Création vidéo : Antoine Vilain
Consultante vidéo : Arié Van Egmond

Un spectacle de la Compagnie Eranova. Une production de L’Ancre – Théâtre Royal. Une coproduction du Théâtre National Wallonie-Bruxelles, du Théâtre Jean Vilar Vitry-sur-Seine, de La Coop ASBL et de La Charge du Rhinocéros avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre et le soutien de La Cité Maison de Théâtre & Cie et le Théâtre des Doms dans le cadre du programme « Le Réel Enjeu », de La Fabrique de Théâtre, du 9-9 bis-Le Métaphone, du MCA Recycling sprl et du Tax-Shelter du Gouvernement fédéral belge

Diffusion : La Charge du Rhinocéros

Remerciement : Jean-Michel Van den Eeyden