Prescriptions – Les Métiers de l’ombre de l’hôpital
Retour à la saison

Mercredi 18 mai Vendredi 18 novembre

Prescriptions – Les Métiers de l’ombre de l’hôpital

Arts plastiques Centre Hospitalier Régional de Huy

Le projet d’exposition Prescriptions est l’occasion pour le photographe Michel Mangon de rendre honneur au travail indispensable des travailleurs dans le domaine médical.

Passionné de photographie et président au Royal Photo Club de Huy, il est missionné en 2020 par le CHRH, la ville et le Centre culturel pour valoriser les métiers de l’ombre de l’hôpital, il a été à la rencontre des équipes, en atelier, en cuisine ou à l’unité «propreté».

Au sous-sol, comme dans les blocs techniques des salles d’opération, il s’est immergé dans ces lieux méconnus et invisibles au regard des patients. Il partage ainsi son intérêt pour ces métiers au travers d’images travaillées dont les teintes ternes côtoient des tons rompus gris et bleus pâles. Ces photographies narguent le noir et blanc auquel le photographe nous avait habitués : par leurs textures importantes, les clichés sont rehaussés et deviennent denses, brumeux, éthérés.

Vernissage le mercredi 18 mai à 11h dans la galerie commerçante.

Exposition accessible aux heures d’ouverture de la galerie commerçante de l’hôpital. Accès gratuits.

Un projet développé en partenariat par la Ville de Huy, le CHRH et le Centre culturel de Huy depuis 2018.

Interview de Michel Mangon

Dans quelles circonstances la mission photographique s’est-elle déroulée?

Le 5 octobre 2020 à 6 heures, j’ai entamé le premier reportage dans les cuisines de l’hôpital. Un monde sous-terrain inimaginable avec un nombre important de personnes qui s’affairent à la préparation des plateaux, des petits déjeuners, des repas de midi et du soir en tenant compte des spécifications de chaque patient.

Quelques jours plus tard, j’ai découvert le travail des équipes du service technique qui m’ont amené dans des endroits impressionnants garants du bon fonctionnement quotidien des différents services.

J’ai terminé en accompagnant le personnel du service propreté pour me rendre compte qu’entre entretenir une maison ou assurer l’hygiène et le nettoyage d’un établissement hospitalier, il y avait un monde de différence. C’est une profession à part entière que je suis ravi d’avoir photographiée.

Le tout dans des conditions de protection « anti-covid » qui ne facilitait pas les déplacements.

Comment s’y prend-on pour réaliser des prises de vues dans un hôpital?

Avant toutes démarches, la rencontre avec le personnel est primordiale. En effet, comprendre les tâches et les difficultés rencontrées permet de mieux élaborer l’histoire photographique que je souhaite présenter.

Ensuite, certaines difficultés techniques telles que l’éclairage, les endroits exigus, mais surtout ne pas déranger le personnel dans son travail était essentiel. En fait, être présent – mais aussi se faire « oublier » – était pour moi un véritable défi.

Quelle(s) anecdote(s) sur ces expériences?

Des kilomètres parcourus des sous-sols à la toiture en passant par des dizaines de couloirs et de locaux techniques en tout genre.

C’est certain : seul, j’y serai encore !

Que retenez-vous de ce projet?

J’avais l’envie de dévoiler les métiers dits « de l’ombre » qui sont les maillons indispensables d’une grande chaîne.

Maillons derrière lesquels des femmes et des hommes prestent des fonctions rarement mises en avant.

Je retiens de ce projet des contacts formidables, des découvertes surprenantes et des endroits impressionnants, mais, avant tout, une ambiance de travail conviviale où chacun se connaît et s’entraide.

C’était un vrai plaisir pour moi d’explorer ces métiers de l’ombre et j’en profite pour remercier toutes les personnes qui m’ont permis de réaliser ce reportage dans les meilleures conditions.